p-accueil.jpg
cote_main_gauche.jpg

 

La religion du Capital
d'après Paul Lafargue 
dossier photos videos presse technique
traitgrisbis

 
Face à l’inefficacité la religion catholique à abrutir les masses et enrichir les élites, il devient urgent pour les puissants de la finance et de la politique d’inventer une nouvelle religion, plus forte, plus adaptée à la vie mondialisée, qui leur conserve privilèges et intérêts financiers et qui anéantisse la propagation des idées socialistes.
Ainsi ces illuminés avides de pouvoir et d’argent rédigent-ils, lors d’un congrès extraordinaire secret, les prières, l’ecclésiaste, le catéchisme et autres sermons de leur nouvelle religion universelle, toute dévouée à leurs intérêts, la religion du Capital.
Or toute religion a ceci d’insidieux, de perfide et de malin qu’elle vampirise le conscient et l’inconscient de l’homme. La religion hypnotise et manipule. Elle sait faire.
Voici alors l’arme ultime des puissants de la finance et de la politique pour maintenir les masses populaires à l’état de masse populaire dans l’abêtissement au travail, l’ignorance et l’obéissance sans faille.
-
L’élite des puissants manœuvre dans la discrétion pour influencer les nations. Elle est comparable à une mafia légale, aux méthodes brutales et inhumaines, dont les membres sont capables de vendre leur propre mère si le profit financier se fait sentir. Tout cela n’est pas nouveau. Nous savons. Certains se révoltent. D’autres s’arrangent. Il n’en reste pas moins que le capitalisme tient les rênes de la gouvernance du monde pour le plus grand malheur de la masse populaire.
Paul Lafargue leur taille un costume, à ces puissants, les montre dans leur grotesquerie. Il a contribué toute sa vie, et notamment auprès de Karl Marx dont il était le gendre, à étudier puis combattre le capitalisme. Il maitrise son sujet comme un expert. Ici, il puise dans sa connaissance théorique pour proposer une farce sarcastique.

Un spectacle n’enseigne pas un savoir.
Un spectacle ne fait pas la révolution.
Un spectacle ne réduit pas les injustices.
Un spectacle ne cicatrise pas une plaie.
Un spectacle s’empare des connaissances, des colères, des ressentiments ou des blessures pour les mettre en lumières, en scène, en jeu.
En cela, La religion du Capital ne change pas le cours des choses, ne règle pas les problèmes ni n’éradique l’origine du mal. Mais Paul Lafargue offre, avec son texte, la possibilité que le théâtre mette en lumière les excès et les dérives du capitalisme avec dérision et humour grinçant, en ridiculisant les puissants de notre monde dans une exaltante jubilation. C’est un peu l’idée d’un carnaval. Mais si le spectacle se rit d’eux, il prétend aussi maintenir vive la flamme de l’indignation.
   
texte Paul Lafargue
adaptation et mise en scène Luc Sabot
avec Antonin Grob, Raphaël Charpentier, Luc Sabot...distribution en cours
musique Antonin Grob et Raphaël Charpentier
scénographie Cécile Marc
lumières Julie Valette
son David Michel
   -
théâtre musical | durée 1h20 env.
  -
création 2019
  -
production
Compagnie Nocturne-
-
coproduction en cours
-
 > bientôt, toutes les dates en page où/quand
 
 > production Compagnie Nocturne // coproduction en cours